A toi, qui un jour
Sans raison m’a abusée
Me prenant sans détour
Par virilité, par lâcheté

Ta peur d’être rejeté
T’as transformé en fou
Ma zone de confort brisée
Aujourd’hui, je m’en fous

Mon armature d’acier
Depuis ce jour insensé
C’est heureusement blinder
Évitant ainsi d’être blessée

Tu te disais mon ami
Rassurant et bienveillant
Devenu mon pire ennemi
Pervers et méchant

Ce que tu m’as pris
Aujourd’hui est digéré
Mon armature a repris
Son droit d’exister

Voilà 20 ans que
Tu as pris ce droit
Aujourd’hui voilà que
Je te le lève le doigt

Doigt d’honneur
Le seul mérité
Pour un vil violeur
Qui m’a brisée

Pour voir la toile qui a inspiré ce poème c’est par ici