Quand le bout du tunnel
J’aperçois, là-bas, enfin
Portée sur ce chemin
Ton emprise est cruelle

Sans ne mot dire
Dans son tourbillon
De délires il m’aspire
Devenant son pion

Retournant sans cesse
Les tenants et aboutissants
Dans son monde en liesse
Je sens qu’il me ment

Tentant de le calmer
Sans lui donner raison
Il redouble sa passion
Celle de me tourmenter

Cette emprise infinie
Un jour je vais conquérir
Lui criant de ralentir
Pour éviter la lacinie

Emprise du nom de Nestor
Laisse moi enfin libre
De suivre mon chemin d’or
Afin que mon âme vibre

 

Pour voir la toile qui a inspiré ce poème c’est par ici